Ouest-Paléo
Ouest-Paléo

Échinodermes jurassiques

Le Kimméridgien charentais (suite)

Le Kimméridgien supérieur basal : biozone à Mutabilis, sous-zones à Mutabilis et lallierianum.

La falaise d'Yves et quelques organismes fossiles de ces niveaux géologiques

Le Kimméridgien supérieur est subdivisé en trois biozones, (biozone à Mutabilis, biozone à Eudoxus et biozone à Autissiodorensis) et en 7 sous-zones (sous-zone à Mutabilis, sous-zone à Lallierianum, sous-zone à Orthocera, sous-zone à Caletanum, sous-zone à Contejeani, sous-zone à Autissiodorensis, et sous-zone à Irius). Ces sept sous-zones décrivent des faciès relativement similaires, correspondant à la généralisation de dépôts de bassin océanique subsident à faciès virgulien.

 

Le Kimméridgien supérieur débute par une épaisse série argilo-marneuse que l’on retrouve de façon anecdotique à l’affleurement sur l’ensemble du territoire des deux Charentes. Cette accentuation de la sédimentation marneuse est à mettre en relation directe avec la phase transgressive qui caractérise cette période. Ces deux sous-zones sont particulièrement accessibles en Charente grâce à de nombreuses carrières. Parmi les plus représentatives, nous citerons : les carrières de Ruelle (16), du Gond-Pontouvre (16), de Vindelle (16) et de Langevinière (16). Celles-ci permettent de suivre la quasi-totalité de la série sédimentaire. En Charente-Maritime, la falaise du Rocher (qui constitue la coupe historique choisie par d’Orbigny comme « type français » de son étage Kimméridgien), près de la commune littorale d’Yves, permet l’accès aux sous-zones à Lallierianum et Orthocera.

 

La base de la série débute par des bancs de calcaires lithographiques bioturbés et perforés, surmontés de marnes compactes gris foncé à Aulacostephanoides sosvaensis (Sasonov) et à Aulacostephanoides linealis. La série se poursuit par des calcaires bioclastiques en bancs massifs, lumachelliques à Nanogyra virgula. On y trouve Aulacostephanoides desmonotus et Tolvericeras tolverense. Puis s’en suit une alternance de marnes grises et de calcaires argileux, noduleux plus ou moins bioclastiques répartis en bancs massifs à Nanogyra Virgula. Ces couches renferment Aulacostephanoides attenuatus et Aulacostephanoides mutabilis (ainsi que son microconque). Le sommet de cette unité est marqué par un niveau ferrugineux centimétrique constituant la discontinuité D8.

 

S’en suit une série difficilement individualisable dans sa lithologie constituée de calcaires plus ou moins argileux et bioclastiques, alternant avec des lits marneux lumachelliques à Nanogyra virgula. Cet ensemble, constant de l’Angoumois à la côte atlantique se distingue par la succession de faunes caractéristiques : Orthaspidoceras lallierianum puis Orthaspidoceras Schilleri. Cette unité se termine par un niveau à la surface usée et ravinée constituant la discontinuité D9. Cette discontinuité marque le passage de la biozone à Mutabilis à la biozone à Eudoxus.

Le Kimméridgien supérieur moyen : biozone à Eudoxus, sous-zones à Orthocera, Caletanum et Contejeani.

 

La série débute par une succession de calcaires bioclastiques, moins argileux que les précédents renfermant Orthaspidoceras orthocera. La série se compose de marnes compactes et de calcaires argileux faiblement bioclastiques à Nanogyra virgula. Deux niveaux se distinguent nettement dans la partie médiane : l’un avec Pararasenia hibridus et Aulacostephanus pinguis, l’autre avec Pararasenia calvescens. Cette assise se termine par un hardground bien marqué, surmonté de minces bancs à galets calcaires, quartz et glauconie constituant la discontinuité D10. La série se poursuit par la sous-zone à Caletanum composée de calcaires bioclastiques alternant là encore avec des marnes à Nanogyra virgula. Dans l’Angoumois cette série débute par des calcaires silteux, glauconieux et des calcaires à oolithes ferrugineuses, bioclastiques, contenant de nombreux galets calcaires. A Saint-Jean d’Angély, la base de cet ensemble est représentée par un niveau condensé livrant une faune abondante. Celui-ci est surmonté par un horizon riche en Aspidoceras caletanum, Aulacostephanus eudoxus, Aulacostephanus pusillus et Sutneria eumela. La sous-zone à Contejeani enfin, se compose de calcaires argileux et marneux contenant la même faune de lamellibranches que le niveau précédent. Deux horizons se succèdent dans cette série : le premier avec Aulacostephanus contejeani et le second avec Aulacostephanus yo.

Le Kimméridgien supérieur terminal : biozone à Autissiodorensis, sous-zones à Autissiodorensis et Irius.

Falaise de la Pointe de Chassiron (Kimméridgien terminal et Tithonien) et quelques organismes fossiles de ces niveaux géologiques

En Charente et Charente-Maritime, ces sous-zones sont relativement peu fossilifères. Dans l’Angoumois, le Kimméridgien s’achève par une quinzaine de mètres de calcaires silteux, oolithiques et bioclastiques limités par un hardground constituant la discontinuité D12.  Dans la région de Saint-Jean d’Angély en revanche, les faciès virguliens se poursuivent sans interruption jusqu’à la fin des niveaux kimméridgiens. La sous-zone à Irius est particulièrement observable en falaise et en estran à la pointe orientale de l'île d'Oléron, où elle se caractérise par des bancs de calcaires argileux plaquetés et de minces bancs de calcaires fins bioclastiques. Ces deux dernières sous-zones sont marquées par la présence de Gravesia irius et d’Aspidoceras catalaunicum.

Paléogéographie et paléoenvironnements.

Durant le Jurassique supérieur nord-aquitain, on distingue 4 grandes mégaséquences (Hantzpergue & Maire, 1981), accompagnées d’une trentaine de discontinuités qui déterminent de grands changements dans l’environnement marin (cf. tableau ci-dessous).  Le Jurassique supérieur est marqué par les mégaséquences JIII et JIV. Le Kimméridgien, dans son ensemble, est marqué par la fin de la mégaséquence JIII et par une grande partie de la mégaséquence JIV et s’inscrit dans un contexte progressif d’approfondissement temporaire des milieux de dépôt avant une nouvelle régression marine et le retour progressif vers des milieux de hauts-fonds (Hantzpergue, 1991) : la limite entre les sous-étages inférieur et supérieur du Kimméridgien marque le point d’inversion du cycle sédimentaire.

Séquences et cycles sédimentaires du Jurassique supérieur nord-aquitain (d'après Hantzpergue & Maire, 1981).

Sur la bordure occidentale du Bassin aquitain, durant la fin de la mégaséquence JIII (de l’Oxfordien moyen au Kimméridgien inférieur (biozone à Rupellense)), deux hauts-fonds coralliens lenticulaires apparaissent : le premier dans l’Angoumois (région d’Angoulême) et le second en Aunis (région rochelaise). Ils sont alors marqués par une sédimentation d'énergie relativement élevée, accompagnée d'une faune benthique subrécifale et récifale (nombreux échinodermes, poissons, crustacés…) (Hantzpergue, 1989). Entre ces constructions, installées en bordures de failles sur des bombements ou des compartiments relevés, des zones de plateaux externes plus profondes et plus calmes, (plusieurs centaines de mètres de profondeur parfois), occupent le reste du bassin. Celles-ci sont caractérisées par une sédimentation de fines particules vaseuses et de sable au sein desquels vivent quelques échinides irréguliers fouisseurs (ex : Disaster granulosus) et des crinoïdes (ex : Balanocrinus maritimus), adaptés à ces milieux profonds. Ces zones représentent également des endroits de vie pour des faunes pélagiques telles que les ammonites (Lithacosphinctes, Paraspidoceras, Physodoceras…), les reptiles marins (Pliosaurus, Plesiaurus, Ichtyosaurus…) et autres vertébrés (poissons, requins…).

 

La fin de la mégaséquence JIII (biozone à Cymodoce) est ensuite marquée par une tendance régressive sur tout le nord du bassin aquitain, entrainant la généralisation de conditions environnementales favorables à l’établissement de grandes colonies récifales proximales (Enay et al., 1980). Dans l’Angoumois, on observe l’apparition de faciès bioclastiques subrécifaux de forte énergie qui induisent une faible profondeur d’eau. Plus à l’ouest, (Charente et Charente-Maritime), on assiste à l’installation de faciès micritiques avec une faune benthique diversifiée, puis d’importantes constructions coralliennes. L’étude de l’évolution paléoenvironnementale durant la sous-zone à Achilles met en lumière la création d’un arc d’îlots récifaux d'orientation sud-armoricaine (suivant les grands accidents structuraux), reliant la région rochelaise à l’Angoumois (Hantzpergue, 1979; Hantzpergue et Maire, 1981). Les falaises côtières du Chay, des Chirats et de la Motte Greney, sur la commune d’Angoulins/mer, sont d’excellents témoins de cette séquence sédimentaire.

Écorché de la surface des fonds marins charentais au Kimméridgien inférieur. (d'après Hantzpergue, 1985)

La mégaséquence JIV ensuite, qui débute après la discontinuité D4, amorce temporairement une tendance à l’approfondissement relatif des milieux de dépôts. Peu à peu, une transgression marine provoque la disparition des îlots récifaux lenticulaires établis durant la Sous-zone à Achilles (Zone à Cymodoce). Ce type de milieu se déplace vers les régions alpine et méditerranéenne et se trouve relayé par des environnements caractérisés par des fonds subsidents constitués de sable et de vases (Sous-zone à Chatelaillonensis, mégaséquence JIVa). Dans les Charentes, cette phase sédimentaire est en effet marquée par une forte accumulation de ce type de dépôts pauvres en fossiles, correspondant à des environnements calmes, distants de la zone d’action des vagues et du mécanisme des marées. Ces conditions sédimentaires mettent en évidence la présence d’une plateforme littorale externe (distale) de basse énergie, à faible variabilité environnementale (hydrodynamisme faible, milieux de décantation), dans une tranche d’eau moyenne (bathymétrie estimée à -100 m de profondeur – Fürsich & Oschmann, 1986). A partir de la discontinuité D6 débute une nouvelle régression qui conduit à un ralentissement de la sédimentation marine et à l’apparition de faciès détritiques décrivant des environnements marins moins profonds et d’énergie moyenne à forte. Le milieu offre alors des fonds sableux à débris coquilliers résultant de la dislocation des organismes sous l’action permanente des courants littoraux.

La sédimentation marneuse s’accentue ensuite de nouveau après la discontinuité D7, (fin de la mégaséquence JIVa) et se poursuit  jusqu’au milieu du Kimméridgien supérieur, avec la généralisation d’un faciès “virgulien” (forte concentration en Nanogyra virgula) sur l’ensemble du Bassin aquitain. Cette reprise de la transgression marine provoque la raréfaction des faunes benthiques et la prédominance d’animaux marins pélagiques (reptiles et céphalopodes) qui suggèrent un environnement plus profond. Ce cycle sédimentaire provoque l’enfouissement des paléoreliefs récifaux des hauts-fonds charentais (Hantzpergue et Maire, 1981). En Charente-Maritime, ces dépôts donnent lieu à la succession monotone de calcaires argileux, de niveaux lumachelliques et de marnes, visibles dans la falaise du “Rocher” sur la commune d’Yves (Zone à Mutabilis, Sous-zone à Lallierianum).

 

Durant la mégaséquence JIVb cette phase transgressive, marquée  par une forte sédimentation marneuse, se poursuit. Ce cycle débute par des assises sableuses et oolithico-bioclastiques, en bordure de la plateforme angoumoisine et se poursuit par des dépôts  dépôts virguliens de plus en plus carbonatés, et ce dès la base de la biozone à Eudoxus : au-dessus de la discontinuité D10,  une barre carbonatée correspondant à la sous-zone à Caletanum constitue un repère constant dans la stratigraphie du bassin aquitain. Durant le Kimméridgien terminal (sous-zone à Autissiodorensis), le mouvement transgressif s’essouffle finalement pour laisser place au retour d’une transgression de vaste envergure qui mènera finalement à l’exondation fini-jurassique (faciès évaporitiques purbeckiens). Cette dernière phase débute par des calcaires sublithographiques laissant supposer des milieux  de moins en moins profonds (des ammonites du genre Gravesia sont encore recensées dans les Charentes). A noter : en Charente, l’extrême fin du Kimméridgien est marquée des dépôts calcaires oolitthiques à Nerinea et plus localement par des constructions récifales peu développées (vallée de la Nouère), (Delfaud et Servant, 1971 ; Garnier, 1986). Ce haut-fond reste d’extension limitée.

Pour aller plus loin.

Retrouvez plus d'informations sur ces ouvrages dans notre bibliothèque.

Fossiles de la préhistoire charentaise.

Un ouvrage dédié à la paléontologie des Charentes intitulé « Fossiles de la préhistoire charentaise ». Écrit par les paléontologues (d’origine charentaise) Romain Vullo (CNRS, Géosciences Rennes UMR6118) et Didier Néraudeau (Univ. rennes 1, Géosciences UMR6118), ce livre constitue à la fois un guide des fossiles répertoriés sur le territoire de ces deux départements du centre Ouest (et de leurs marges) mais également un ouvrage invitant le lecteur à découvrir l’évolution du vivant et de l’environnement terrestre et marin de ce territoire à travers le temps. Un voyage de plusieurs millions d’années, brillamment illustré par des reconstitutions du fameux Mazan (allias Pierre Lavaud), le dessinateur officiel du célèbre gisement paléontologique d’Angeac-Charente.

Géologie de la Charente.

"Géologie de la Charente : histoire des terrains sédimentaires du nord du Bassin aquitain", édité en 1998 aux éditions du Germa, reste un ouvrage de référence pour tous ceux qui souhaitent se documenter sur l'histoire géologique et paléontologique du département de la Charente. Ce livre a été écrit par Jean-François Tournepiche conservateur en chef du musée d'Angoulême et coordonateur des récentes fouilles du gisement d'Angeac-Charente.

 

Cet ouvrage, destiné à un large public, constitue un guide utile pour qui s'intéresse à l’histoire géologique de la région. Des ammonites aux vertébrés, en passant par les échinodermes, cet ouvrage aborde les restes des paléonenvironnements qui ont occupé la Charente au fil du temps. L’ouvrage se divise en quatre parties, suivant un ordre chronologique.

Guides géologiques régionaux : Poitou Vendée, Charentes.

Edité en 1997 aux éditions Masson, ce volume, comme les autres guides de la collection, a pour objectif de rendre accessibles à tous ceux qui s'intéressent à la nature, les nombreuses facettes de la géologie régionale : roches, fossiles (figurés sur huit planches hors-texte), stratigraphie et paléogéographie de l'ère Primaire à l'Actuel, exploitation de substances utiles...

 

Invertébrés fossiles de Charente (Jurassique et Crétacé).

Simple dans sa présentation, clair dans son propos, "Invertébrés fossiles de Charente" décrit la diversité des organismes fossiles que l'on peut récolter dans la région. Dans un soucis pédagogique, de très nombreuses photos de fossiles ont été ordonnées chronologiquement et sont accompagnées de légendes commentées.

 

Tous les principaux fossiles courants des terrains sédimentaires du mésozoïque charentais y sont figurés et une telle réalisation n'a pas d'équivalent. Cet ouvrage général sur les fossiles charentais faisait défaut. Les scientifiques y songeaient, Jean Merle l'a réalisé.

Bibliographie sommaire.

- Arkwell W.J. (1956). Jurassic Geology of the World. Olivier and Boyd, Edinburgh, London, 806 p., 46 pl.

- Astruc, J.-G., Bruxelles, L. & Ciszak, R., 2008 - La série stratigraphique des Causses du Quercy. In Journées AFK/AGSO/CFH 11, 12, 13 et 14 septembre 2008, Excursions en Quercy, Livret-Guide, 5-10.

- Barras, C. G., 2006 - British Jurassic Irregular Echinoids. Monogr. Palaeont. Soc., 625 : 1-168.

- Beltrémieux, C. E., 1856 - Description des falaises de l’Aunis. Ann. Soc. Nat. Charente-Inf., 1-16.

- Beltrémieux, C. E., 1884 - Faune fossile de la Charente-inférieure. Ann. Soc. Nat. Charente-Inf.,1-101.

- Beltrémieux, C. E., 1887 - Réunion extraordinaire de la société dans la Charente inférieure et dans la Dordogne du 7 au 16 septembre 1887. Compte-rendu de l’excursion du 7 septembre. Bull.Soc. Géol. France, 3e sér., 15 : 803-817.

- Buvinier A. (1856-1857). Observations sur le terrain jurassique de la partie orientale du Bassin de Paris. B.S.G.F., (2), XIV, Paris, p. 595-612.

- Cariou E. (1972). L'Oxfordien au Nord de Poitiers. La limite Oxfordien-Kimméridgien en Poitou-Charente. C.R. Ac. Sc, Paris, t. 275, série D, p. 2607-2609.

- Cariou E., Contini D., Dommergues J.L., Enay R., Geyssant J.R., Mangold Ch., Thierry J. (1985). Biogéographie des Ammonites et évolution structurale de la Téthys au cours du Jurassique. BULL. SOC. GÉOL. FR., (8), t. I, n" 5, Paris, p. 679-697, 5 fig.

- Chamley H., (1995), Sédimentologie. Collection Géosciences, Dunod, Paris, 175 p.

Hantzpergue P., (1979), Biostratigraphie du Jurassique supérieur nord-aquitain. Bull. Soc. Géol. De France, Paris (7), XXI, 6.

- Chauvet M. (1979). Le Jurassique supérieur dans la région d'Aigre et Mansle (Charente).  Stratigraphie, sédimentologie, cartographie de l'Oxfordien supérieur et du Kimméridgien inférieur. THÈSE FAC. SCI. UNIV. Poitiers, n" 742, 130 p., 54 fig., XI pl. (inédit).

 - Coquand H. (1858). Description physique, géologique, paléontologique et minéralogique du département de la Charente. Edit. Dodivers, Besançon, 2 t., 351 p. 1 tab 87 fig.

- Coquand H. (1860). Catalogue raisonné ou synopsis des fossiles observés dans les formations secondaires des deux Charentes et de la Dordogne. 138 p.

- Corlieux M . (1971). Mise au point à propos du « Banc bleu ». Ann. Soc. Se. nat. Charente-Maritime, t. 5, p. 134-135.

- Corlieux, M., 1970 - Quelques remarques géologiques sur la région de Châtelaillon, les Boucholeurs, l’Oasis. Ann. Soc. Sci. Nat. Charente-Maritime, 5 : 10-12.

- Delfaud, J., 1967 - Les grandes lignes de la stratigraphie et de la paléogéographie du Jurassique nord aquitain. Actes Soc. Linn. Bordeaux, 104 (18) : 1-6.

- Delfaud J. (1969). Essai sur la géologie dynamique du domaine, aquitano-pyrénéen durant le Jurassique et le Crétacé inférieur. Thèse Doct. Et. Univ. Bordeaux, 5 t., 857 p., 117 fig., 6 tab., 5 pl., 1 carte.

- Delfaud J., Beaudouin B. et al. (1975). Les discontinuités sédimentaires dans le Jurassique français; réflexion, méthodologie.  IX Congr. Int. Sédimentologie thème 5, t. 1, p. 163-174. Mangin J.Ph. édit.

- Enay R. Mangold Ch. et al. (1980). Synthèse paléogéographique du Jurassique français. Docum. Lab. Géol.Lyon. H.S.5, 210 p., 1 fig., 3 tab., 42 cartes.

- Ferronnière, G., 1912 - A propos d’un banc de calcaire perforé du Kimméridgien de Châtelaillon, Charente-Inférieure. Bull. Soc. Sci. Nat. Ouest, 3e sér., 2 : 136-147.

- Fürsich, F. & Oschmann, W., 1986 - Autecology of the Upper Jurassic oyster Nanogyra virgule (DEFRANCE). Paläont. Z., 60 : 65-74.

- Gabet, C., 1965 - La pointe du Chay. Norois, 47 : 353-357.

- Gabilly, J. & Cariou, E., 1997 - Guides géologiques régionaux, Poitou, Vendée Charentes. Masson, 1-223.

- Gabilly J., Cariou E. et Hantzpergue P. (1985). Les grandes discontinuités stratigraphiques au Jurassique : témoins d'événements eustatiques, biologiques et sédimentaires. Bull. Soc. géol. France, Paris, 8e sér., 1.1, n° 3, p. 391-401, 6 fig.

- Garnier J . F . ( 1 9 8 6 ) . La plate-forme carbonatée de l'Angoumois au Kimmérid gien  terminal et au Portlandien inférieur : Stratigraphie, sédimentologie, paléogéographie. DIPL. UNIV. POITIERS, 101 p. dact . , 53 fig., 6pl. (inédit).

- Glangeaud Ph. (1895). Le Jurassique à l'Ouest du Plateau central. Contribution à l'histoire des mers jurassiques dans le bassin d'Aquitaine. BULL. SERV. CARTE GÉOL. FRANCE, t. VIII, p.1-261.

- Glangeaud Ph. (1897). Sur le Jurassique supérieur des environs d'Angoulême. BULL. SOC. GÉOL. FRANCE, Paris, (3), t.XXV, p.32.

- Hantzpergue P., (1991), Biogéographie des ammonites et variation du niveau marin : apport de la stratigraphie séquentielle dans l’analyse des peuplements du Kimméridgien nord-aquitain. Géobios, n°24, fasc. 1.

- Hantzpergue, P., 1991 - Biogéographie des Ammonites et variations du niveau marin : apport de la stratigraphie séquentielle dans l’analyse des peuplements du Kimméridgien nord-aquitain. Geobios, 24 : 59-64.

- Hantzpergue, P. & Maire, Ph., 1981 - Les plates-formes de l’Aunis et de l’Augoumois au Jurassique supérieur : caractères sédimentologiques et paléogéographiques. Bull. Soc. Geol. France, 7 : 493-500.

- Hantzpergue P. (1979). Les formations récifales du Jurassique supérieur nord- aquitain. 7 TERRE, LYON, 1979, SOC. GÉOL. FR, édit. Paris, p.246.

- Hantzpergue P. (1979). Biostratigraphie du Jurassique supérieur nord-aquitain. BULL. SOC. GÉOL. FRANCE, P (7), XXI, 6, p.715-726, 2 fig.

- Hantzpergue P. (1983). Précisions nouvelles sur la limite Kimméridgien-Portlandien SENSU GALLICO. C.R. ACAD. SE. Paris, t.296, série III, p.1803-1805.

- Hantzpergue P. (1985a). Les discontinuités sédimentaires majeures du Kimméridgien français : chronologie, extension e t corrélations dans les bassins ouest-européens. GÉOBIOS, Lyon, n°18 , fasc. 2 , p.179-194, 1fg., 2 tab.

- Hantzpergue P. (1985b). L'héritage hercynien dans la paléogéographie récifale du Jurassique     supérieur nord-aquitain. C.R  ACAD. SE. PARIS, t.301, série I n°15, p.1147-1150, 2 fig.

- Hantzpergue P. (1987). Les ammonites kimméridgiennes du haut-fond d'Europe occidentale. (PERISPHINCTIDAE, AULACOSTEPHANIDAE, ASPIDOCERATIDAE). Biochronologie ; Systématique, Evolution, Paléobiogéog raphie.  DOCT. SE. NAT. Univ. Poitiers, n°447 ; 568p. dac tab. A-G et 1-46, fig. I-XIII e t1-141, pl. 1-45.

- Hantzpergue P. e t Debrand-Passard  S. (1980). L'Oxfordien supérieur et le Kimméridgien des Charentes (Bassin aquitain) et du Bery (Bassin parisien). Extension géographique des repères ammonitiques. BULL. GÉOL. FRANCE, Paris, (7), XXII, 3, p.369-375, 1 fig., 2pl.

- Hantzpergue P.  et Maire Ph. (1981). Les plates-formes de l'Aunis et de l'Angoumois au Jurassique supérieur : caractères sédimentologiques et paléogéographiques. BULL. SOC. GÉOL. FRANCE,  Paris, (7), XXIII, 5, p.493-505 fig.

- Klingelbiel A. et Gabilly J . (1980). Evolution paléogéographique de la marge continentale aquitaine durant le Mésozoïque et le Cénozoïque. Bull. Centr. Rech. Expl-Prod. EIF-Aquitaine. Pau, mém. 3, p. 233-276

- Lafuste J. (1955 a). Contribution à l'étude du Jurassique à l'W. du plateau central, recherches sur les récifs séquaniens en Charente-Maritime. Dipl. Et. Sup. univ. Poitiers, 43 p. dactyl., 1 carte (inédit).

- Lafuste J. (1955 b). Sur l'importance relative des organismes constructeurs des récifs séquaniens d'Angoulinssur-Mer (Charente-Maritime). C. R. somm. Soc. géol. France, Paris, n» 7, p. 130-131

- Lafuste J. (1955 c). Quelques observations pétrographiques sur un récif du Séquanien d'Angoulins-sur-Mer (Charente-Maritime), Bull. Soc. géol. France, Paris, (6), t. V, fasc. 4-6, p. 403-410, 1 fig.

- Lafuste J. (1956). Les conditions d'implantation des premiers récifs séquaniens en Charente-Maritime. C. R. somm. Soc. géol. France, Paris, n° 910, p. 167-169.

- Lafuste J. (1958). Un nouveau gisement de Polypiers à la limite supérieure du Séquanien de l'Ile de Ré. C. R. somm. Soc. géol France, Paris, n° 2, p. 27-29.

- Lafuste J. (1959). Les apports terrigènes dans les récifs du Séquanien du Sud de La Rochelle (Charente-Maritime). Bull Soc. géol France, (7), t. I, n° 4, p. 365-368, 1 fig., 1 tab

- Lebrun, P., Miramand, P., Rigollet, L. & Néraudeau, D., 2012 - Les échinodermes du Kimméridgien de la pointe du Chay, Charente-Martime. Fossiles, Rev. Française Pal., 10 : 5-30.

- Maire P., Hantzpergue P., (1982), Glissements sous-marins dans le Jurassique supérieur charentais. 10e R.A.S.T., Paris.

- Maire Ph. (1983). Le Jurassique supérieur charentais : plate-forme carbonatée et faciès de bassin. Stratigraphie, sédimentologie, paléogéographie. Thèse spécialité, Univ. Poitiers, 151 p., 40 fig., 90 pl., 12 pl. photo, 1 carte h.t. (inédit).

- Mathieu, G., 1954 - Le site géologique de l’ancienne cité de Châtel-Aillon (Castrum Allionis) et l’évolution de la côte de l’Aunis. Norois, 4 : 335-346.

- Normand M. (1970). Stratigraphie de la série du Jurassique supérieur du littoral charentais au Nord de La Rochelle. Ann. Soc. Se. Nat. Charente-Maritime, La Rochelle, vol. V, fasc. 2, p. 59-69.

- Normand M. (1971). Tectonique de la série du Jurassique supérieur du littoral charentais au Nord de La Rochelle. Ann. Soc. Se. Nat. Charente-Maritime, La Rochelle, vol. V, fasc. 3, p. 140-149.

- Olivier, N., Hantzpergue, P., Gillard, C., Pittet, B., Leinfelder, R. R., Schmid, D. U. & Werner, W., 2003 - Microbialite morphology, structure and growth: a model of the Upper Jurassic reefs of the Chay Peninsula (Western France). Palaeogeo., Palaeoclim., Palaeoecol., 193 : 383-404.

- Orbigny, A. d’, 1842-1849 - Paléontologie française ou description zoologique et géologique de tous les animaux, mollusques et rayonnés fossiles de France.

 - Polvêche J. (1953). Observation sur les conditions de sédimentation du Kimméridgien inférieur dans la région de La Rochelle. Ann. Soc. géol. Nord. 72, n° I , p. 47-54, 1 pl. h.t.

- Schäfer, W., 1971 - Ecology and paleoecology of marine environnements. Graig G. Y., 1-607 [translated by Irmgard Oertel).

- Taylor, P. D. & Palmer, T. J., 1994 - Submarine caves in a Jurassic reef (La Rochelle, France) and the evolution of cave biotas. Naturwissenschaften, 81 : 357-360.

- Tournepiche J.F. (1981). La plate-forme récifale oxfordienne de Charente (Stratigraphie, Paléogéographie, Cartographie). Dipl. Et. Sup. Sci. Univ. Poitiers, 7 4 p., dactyl., 3 9 fig., 1 carte, 4 pl. (inédit).

- Tournepiche, J.-F, 1998 - Géologie de la Charente. Ed. Germa, Mus. Beaux Arts Angoulême, 1-141.

- Vadet, A., 1997 - Echinides du Callovien de la Sarthe et de l’Orne. II. A. Les échinides irréguliers : analyse et évolution. Mém. Soc. Acad. Boulonnais, 18 : 1-140.

- Vadet, A., Nicolleau, P. & Rigollet, L., 2002 - Les échinides fossiles du Kimméridgien des récifs coralliens de la pointe du Chay. Ann. Soc. His. Nat. Boulonnais, II, 2 : 1-72.

- Vullo, R., 2001 - Two isolated teeth of pterosaurs from the Upper Jurassic (Lower Kimmeridgian) of La Rochelle (Charente-Maritime, Western France). Strata, 11 : 96-98.

- Vullo, R., Cavin, L. & Clochard, V., 2009 - An ammonite-fish association from the Kimmeridgian (Upper Jurassic) of La Rochelle, western France. Lethaia, 42 : 462-468.

 -Waterlot  G. et Polvêche J. (1953). Influence des plissements post-jurassiques en Aunis. C. R. Ac. Se, Paris, t. 236, p.726-728.

- Waterlot  G. et Polvêche J.  (1953). Structure géologique de l'Aunis (feuille de La Rochelle au 1/80000). Bull. Serv. Carte géol. France, t. 51, 99-10.

- Sites Internet consultés : www.nhm.ac.uk et http://infoterre.brgm.fr

Les albums-photos à la une !

Le Burdigalien inférieur de Gironde

 

Album 1

 

Album 2


Le MHN de La Rochelle

 

Article + Album


Le gisement paléontologique d'Angeac

 

Article + Album

Le MNHN de Paris

 

Article + Album


Une manifestation, une exposition, une publication, une découverte en rapport avec la paléontologie et les Charentes ?     Envoyez nous vos communiqués à :

Devenez acteur de ce site-web !

Vous êtes passionné de paléontologie ? Vous avez écrit un article sur la paléontologie des Charentes et vous ne savez pas où le publier ? Devenez acteur de ce site-web en nous proposant vos articles !