Ouest-Paléo
Ouest-Paléo

Le Kimméridgien charentais

I- Les échinides réguliers du Kimméridgien inférieur des Charentes (page 1).

Retrouvez ci-dessous la liste des échinides détaillés sur cette page :


-Acrocidaris nobilis

-Acropeltis aequituberculata

-Acrosalenia (Milnia) angularis

-Balanocidaris marginata

-Cidaropsis pulchella

-Codiopsis rupellensis

-Diplocidaris miranda   

-Guittonicidaris bigoti   

-Gymnocidaris agassizii

-Hemicidaris mitra

-Hemicodiopsis lusitanicus   

-Hessotiara conforme

-Hessotiara florescens

-Nenoticidaris poucheti

Acrocidaris nobilis.

Acrocidaris nobilis
espèce-type:

Acrocidaris nobilis, Desor. 

 

Synonymes:

Acrocidaris agassiz, Agassiz, 1840 p.52

Acrocidaris muneures, Agassiz, 1840

Acrocidaris splendida, Cotteau 1881

Acrocidaris striata, Agassiz, 1840  

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination :

 

Test :

- oursin de taille moyenne (jusqu’à 40 mm) 

- test aplati sur le dessus et le dessous 

- large ouverture buccale à pourtour incisé 

- disque apical de petite taille sans suranale 

- plaques génitales pentagonales 

- présence de tubercules sur les plaques apicales sauf la madréporique 

- deux rangées de tubercules interambulacraires

 

Radioles :

 - un premier type présent sur la moitié inférieure de l'oursin et se présentant sous forme de baguette dont l'extrémité est de forme prismatique et le reste de forme cylindrique lisse et colorée de deux teintes claire et foncée alternativement.

- un second type qui est présent sur la moitié supérieure de l'oursin se présentant sous forme de pavés.

Acropeltis aequituberculata.

Acropeltis aequituberculata

espèce-type:

Acrocidaris nobilis, Desor.

 

Synonymes:

Acropeltis aequituberculata, Agassiz, 1846

Acropeltis lusitanica, A. Lambert, 1913

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Peu courant dans les affleurements côtiers de Charente-Maritime, Acropeltis aequituberculata avait le même mode de vie qu'Acrocidaris nobilis.


Critères de détermination:
- test de petite taille (18 mm maximum) 

- espèce aplatie au dessous, légèrement bombée sur le dessus 

- petit disque apical de type dicyclique 

- plaques apicales possédant des tubercules non percés et non crénelés 

- tubercules ambulacraires nombreux mais plus petits que les interambulacraires

Acrosalenia (Milnia) angularis.

Acrosalenia (Milnia) angularis
Espèce-type :

Milnia decorata, haime, 1849.

 

Synonymes :

Acrosalenia angularis , Agassiz et Desor, 1847

Milnia guittoni, Vadet, Nicolleau et Pineau, 1996

Milnia Rotule, Agassiz, 1846

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Chatelaillonensis (biozone à Cymodoce).

Ci-dessous : spécimen provenant de la sous-zone à Lallierianum.

Critères de détermination :
- espèce ne mesurant jamais plus de 20 mm de diamètre

- espèce surbaissée

- test de forme pentagonal, aplati sur les deux faces

- apex de petite taille

- tubercules interambulacraires petits sur la partie supérieure

- tubercules interambulacraires à l'ambitus et vers la face inférieure plus gros

- tubercules ambulacraires diminuant de taille du bas vers le haut

- tubercules crénelés et percés

- large ouverture buccale avec échancrures

Balanocidaris marginata.

Balanocidaris marginata

Espèce-type :

Balanocidaris, Lambert, 1910.

 

Synonymes:

Balanocidaris glandifera, Munster and Goldfuss, 1829 ; Balanocidaris propinqua, Munster en goldfuiss, 1829

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination :

 

Test :

- test relativement épais

- test de taille moyenne (50 mm maximum)

- tubercules interambulacraires non crénelés

- tubercules ambulacraires égaux

- apex de type dicyclique

 

Radioles :

- radioles très nombreux dans les sédiments de la Pointe du Chay

- radiole court en forme  de fuseau

- bouton non crénelé

- pas de colerette

- nombreux striullures tout le long du radiole

- nombreuses boursouflures sur le radiole

Cidaropsis pulchella.

Cidaropsis pulchella
espèce-type:

Hemicidaris mineures, Agassiz, Agassiz et Desor, 1840


Synonymes:

Cidaropsis, Coteau, 1863

Cidaropsis depressa, Kier, 1972

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination:


Test :

- test hémisphérique, aplati sur le dessous, bombé sur le dessus

- test de petite taille (35 mm maximum)

- disque apical de petite taille sans suranale

- aire ambulacraire dépourvue de tubercule dans sa partie haute

- aires intermbulacraires pourvues de gros tubercules très espacés (3 par interambulacre)

- ornementation très fine du test

 

Radioles :

- radiole court et massif 

- radiole en forme de poire 

- radiole plus grand que l'oursin

- surface du radiole strié 

- radiole possédant un bouton très court 

- radiole possédant un bouton crénelé

Codiopsis rupellensis.

Codiopsis rupellensis
espèce-type:

Codiopsis, Agassiz et Desor, 1840.

 

Synonymes:

Codiopsis doma, Desmartest, 1825

Codiopsis alpine, Gras, 1852

Codiopsis stephensoni, Cooke, 1953

Codiopsis arnaudi, Cotteau, 1866

Codiopsis elizae, Thomas et Gautier, 1889

Codiopsis iorini, Cotteau, 1851

Codiopsis nicaisei, Peron et Gauthier, 1876

Codiopsis tessieri, Roman et Denbant, 1962

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination:
- test subglobuleux aplati sur le dessous légèrement bombé sur le dessus 

- test dépassant rarement les 15 mm de diamètre 

- large ouverture buccale 

- les tubercules sont confinés sur la face inférieure (en région ambulacraire comme en région interambulacraire) 

- depuis l'ambitus jusqu'en région apical, le test est recouvert d'une forte granulation (faux tubercules) rappelant l'ornementation du genre Glypticus.

Diplocidaris miranda.

Diplocidaris miranda
Espèce-type:

Cidaris gigantea, Agassiz, 1840.

 

Synonymes:

Diplocidaris gigantea, Agassiz 1840

Diplocidaris besairiei, Lambert, 1936

Diplocidaris jacquemonti, Lambert 1910

Diplocidaris desori, Wright, 1858

Diplocidaris dumortieri, Cotteau, 1863

Diplocidaris lambert, Gevreyi Savin, 1902

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination:


Test :

- test muni de gros tubercules grossiers, crénelés et perforés

- oursin de grande taille (95 mm de diamètre maximum)

- petit disque apical dicyclique

- plaques interambulacraires peu nombreuses et de grande taille

 

Radioles:

- radioles long et massifs

- radiole possédant une ornementation grossière

- la surface du radiole est ornée de boursouflures ou pointes émoussées

- radiole possédant un bouton crénelé

- radiole dépourvu de colerette

- radiole scrobiculaire en forme de petite lamelle

Guittonicidaris bigotti.

Guittonicidaris bigoti
espèce-type:

Rhabdocidaris bigoti, Mercier, 1930.

 

Synonymes:

Guittonicidaris, Vadet, 1991

Cet oursin n'a jamais été découvert entier dans aucun des gisements où affleurent les niveaux coralliens du Kimmeridgien Inférieur en Charente Maritime. Seuls des fragments de tests permettent de supposer que cette espèce faisait partie de la faune corallienne de ce territoire géographique. Des exemplaires entiers sont en revanche découvert régulièrement dans le Callovien de la Sarthe et de l'Orne.

 

Critères de détermination:
- test relativement mince

- apex de grande taille proportionnellement à la taille du test 

- oursin de taille moyenne ( 60 mm de diamètre maximum) 

- test avec peu d'ornementation 

- petits tubercules ronds percés 

- les tubercules sont quasiment tous de même taille et très espacés 

- sillon droit

Gymnocidaris agassizii.

Gymnocidaris agassizi

Espèce-type :

Gymnocidaris diademata ; désignation subséquente de Lambert 1900, p.483.

 

Synonymes:

Gymnocidaris, Agassiz 1838 

Gymnocidaris agassizii, Roemer, 1839

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Discussion : il reste difficile de dire avec certitude que les deux individus représentés ci-dessus sont de la même espèce. Le premier specimen exposé est un individu caractéristique avec ses tubercules principaux qui remontent jusqu'à l'apex. Le second, dont les tubercules principaux s'arrêtent à l'ambitus semble bien différent. Cependant, le dessin des plaques de l'apex semble identique sur les deux individus.

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Chatelaillonensis (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination :


Test :

- espèce de grande taille (jusqu'à 50 mm de diamètre et 25 mm de haut).

- forme ellipsoïdale ou sphéroïdale aplati sur une face

- face inférieure avec large orifice buccal

- apex de petite taille

- tubercules crénelés sauf les plus adapicaux, de taille réduite

- cercles scrobiculaires ambitaux complets

- face supérieure dépourvue de longs radioles

- ambulacre étroit à l'ambitus

 

Radioles :

- radiole long et fin (jusqu'à 70 mm) 

- radiole portant deux carènes latérales 

- radiole lisse 

- bouton court et crénelé 

- pas de collerette 

- l'extrémité du radiole est souvent fourchue

Hemicidaris mitra.

Hemicidaris mitra
Espèce-type :

Hemicidaris crenularis, par désignation originelle.

 

Synonymes :

Hemicidaris mitra Agassiz 1840

Hemicidaris intermedius non Flemming, Cotteau, 1883

Hemicidaris gresslyi non Cotteau, Radwanska, 1999

Hemicidaris mitra, Radwanska, 1999

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Chatelaillonensis (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination :


Test :

- espèce mesurant jusqu'à 30 mm de diamètre avec sommet aplati

- face inférieure avec large orifice buccal muni de 10 incisions

- espèce haute, jusqu’à 25 ou 30 mm de haut

- cercles scrobiculaires ambitaux incomplets

- apex de petite taille

- tubercules crénelés sauf les plus adapicaux

- échinide aplati aux deux pôles

- espèce haute, 50 mm


Radioles :

- radiole long pouvant atteindre 100 mm

- collerette nette mais très peu large

- bouton crénelé

- gros bouton court

- radiole très effilé se terminant en pointe moussée

- radiole lisse

Hemicodiopsis lusitanicus.

Hemicodiopsis lusitanicus
espèce-type:

Codiopsis, Pomel, 1883.

 

Synonymes:

Codiopsis lorini, Cotteau, 1851

Codiopsis jaccardi, Cotteau, 1866

Codiopsis disculus, Peron et Gauthier, 1881

Codiopsis castroi, Maury, 1930

Codiopsis stephensoni, Cooke, 1953

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination:

- espèce mesurant jusqu'à  20 mm de diamètre

- test subglobuleux aplati sur la face inférieure, légèrement bombé sur la face supérieure

- apex petit de type dicyclique sans suranale

- granulation prononcée et non ordonnée

- tubercules seulement sur la face inférieure

- tubercules crénelés sauf les plus adapicaux

- ressemble beaucoup à Glypticus Hieroglyphicus

Hessotiara conforme.

Hessotiara conforme
espèce-type:

Diadema florescens, Agassiz, 1840.

 

Synonymes:

Hessotiara florescens, Agassiz, 1840

Hessotiara legayi, Cotteau, 1884

Hessotiara brightoni, Philip, 1963

Hessotiara nanituberculata, Kier, 1972

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Chateliallonensis (biozone à Cymodoce).

La détermination de cet oursin n'est pas certaine encore aujourd'hui. Il appartient à la famille des Diadematidae ; sa première dénomination a d'ailleurs été Pseudodiadema conforme. Il s'agirait d'une forme très proche d'Hessotiara florescens que l'on découvre dans d'autres gisements du Kimmeridgien inférieur du département, notamment à la Pointe du Chay et à Ardillère.

 

Tout comme Hessotiara florescens, Hessotiara conforme semble être un échinide de petite taille : les individus connus, des collections Fauchereau, Nicolleau et Mulon, sont petits. Le plus grand n'excède pas 20 mm de diamètre. De nombreux spécimens ont été découverts sur l'île de Ré, dans les marnes de la sous-zone à Chatelaillonensis aux côté de Solanocrinites sp.

 

Critères de détermination:
- test circulaire faiblement globuleux 

- test de petite taille (20 mm maximum) 

- faible hauteur du test (10 mm maximum) 

- pôles applatis 

- grande bouche à pourtour incisé 

- anus de grande taille 

- tubercules fins non crénelés 

- tubercules interambulacraires diminuant vers l'apex 

- tubercules ambulacraires fins et diminuant vers l'ambitus 

- aires interambulacraires avec peu de tubercules

Hessotiara florescens.

Hessotiara florescens
Espèce-type :

Diadema florescens, Agassiz, 1840

 

Synonymes :

Hessotiara florescens, Agassiz, 1840

Hessotiara legayi, Cotteau, 1884

Hessotiara brightoni, Philip, 1963

Hessotiara nanituberculata, Kier, 1972

Ci-dessous : spécimens provenant de la sous-zone à Achilles (biozone à Cymodoce).

Critères de détermination :
- espèce mesurant jusqu'à  20 mm de diamètre

- test hémisphérique, aplati sur sa face inférieure

- apex petit de type dicyclique

- ambulacre étroit et rectiligne

- tubercules fins crénelés sauf les plus adapicaux

- grande ouverture buccale avec échancrures

Nenoticidaris poucheti.

Nenoticidaris poucheti

Type : Cidaris parandieri, Agassiz, 1840.

 

Synonymes : Nenoticidaris moeschi, Loriol, 1869 ; Nenoticidaris smithii, Wright, 1857 ; Nenoticidaris pichauriensis, Lambert, 1925 ; Nenoticidaris zschokkei, Cotteau, 1875 ; Nenoticidaris desori, Cotteau, 1857; Nenoticidaris poucheti, Desor, 1858 ; Nenoticidaris spinulosa, Cotteau 1875 ; Nenoticidaris microstoma, Cotteau 1875 ; Nenoticidaris leberti, Vadet, 1989*

Critères de détermination :

 

- espèce de grande taille 70 mm de diamètre maximum
- aires ambulacraires faiblement sinueuses
- apex de grande taille
- tubercules interambulacraires petits, crénelés et perforés
- tubercules ambulacraires hétérogènes
- large ouverture buccale


Cette espèce n'est connue dans le Kimméridgien Inférieur de Charente Maritime que par des fragments de tests. Il reste également difficile d'y attacher un type spécifique de radiole.

Les albums-photos à la une !

Le Burdigalien inférieur de Gironde

 

Album 1

 

Album 2


Le MHN de La Rochelle

 

Article + Album


Le gisement paléontologique d'Angeac

 

Article + Album

Le MNHN de Paris

 

Article + Album


Une manifestation, une exposition, une publication, une découverte en rapport avec la paléontologie et les Charentes ?     Envoyez nous vos communiqués à :

Devenez acteur de ce site-web !

Vous êtes passionné de paléontologie ? Vous avez écrit un article sur la paléontologie des Charentes et vous ne savez pas où le publier ? Devenez acteur de ce site-web en nous proposant vos articles !